Bétonnons le Parc Charles de Gaulle !

Le patrimoine municipal bâti de La Maison des Solidarités est maintenant détruit.
L’ancienne maison de maître du peintre Paul Lorillon est maintenant gravement enlaidie.
Le haut du parc public municipal Charles de Gaulle est maintenant bétonné pour être bientôt privatisé.

Les fonds publics continuent d’être gaspillés : l’argent provient en grande partie des budgets de fonctionnement de la commune peu ou mal exécutés.

Les biens publics continuent d’être dilapidés : le bâti et son terrain ont disparu des biens communaux publics pour se dissimuler dans les biens communaux privés.

Les irrégularités se poursuivent : bientôt ce patrimoine public naturel (haut du parc) et bâti (Maison des Solidarités) bénéficiera en toute illégalité à une personne privée !

Il eût été difficile de faire plus laid. Il eut été difficile détourner plus encore des biens et des fonds publics.

La suite sera plus sévère encore : jamais Ecouen ne pourra revenir sur cet investissement qui est un détournement de biens et de fonds publics.

Merci Monsieur Bernard Angels, qui êtes parti avant d’assumer vos décisions et leurs conséquences !

Bétonnons le Parc Charles de Gaulle ! 1

Tout le haut du Parc Charles de Gaulle est maintenant inaccessible et privatisé avec des fonds publics. Le passage entre l’entrée par le petit parking public et le monument du 18 juin 1940 est impossible.

Le panneau de chantier faisant état de Bescond-Milone (visible en agrandissant la photo), irrégulièrement bénéficiaire des travaux, est irrégulier depuis les dispositions prises en conseil municipal pour répondre au recours du Préfet.

L’empiétement sur le haut du parc public municipal Charles de Gaulle est illégal : aucune décision municipale ne l’a autorisé, le permis de construire est un faux en écriture publique, l’artificialisation du sol du parc dépasse même ce qui figure – sans aucun droit – dans le projet du PLU.

Bétonnons le Parc Charles de Gaulle ! 2
Bétonnons le Parc Charles de Gaulle ! 3

Le haut du parc est dévasté : tronc blessé par les gravats, racines maitresses sectionnées, arbres arrachés ou abattus, cheminement impossible.

Beaucoup d’argent public – plus de 2 millions d’euros – pour détruire 2 biens publics : La Maison des Solidarités et le haut du Parc public municipal Charles de Gaulle.

Quelle compensation pour les arbres et le sol de pleine terre ? Quel retour sur l’investissement ? Quel bénéficiaire privé ? A quel titre ?

dolor felis risus in Donec dictum risus. massa ante. consectetur