Le terrain du Château d’eau doit rester public !

Le terrain du Château d'eau doit rester public ! 1

Photo aérienne du Château d’Eau désaffecté, prise le 1er juillet 2017.

On voit nettement qu’il est en lisière de forêt d’Ecouen. Ce terrain public (classé sensible) doit NORMALEMENT rester public pour permettre la renaturation en lisière de forêt puisque c’est un impératif du Schéma Directeur de la Région Ile-de-France.
Voir :
http://www.driea.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/le-schema-directeur-de-la-region-ile-de-france-a5141.html

Le bon sens dicte d’employer ce terrain pour compenser un empiètement qui aurait imperméabilisé ou construit un terrain végétalisé ou boisé, comme l’impose le règlement pour la biodiversité dit « Eviter, Réduire, Compenser (ERC) » une fois le Château d’Eau démoli et évacué.

Cette séquence Eviter, Réduire, Compenser, s’impose à tous les changements d’affectation des sols et à pour but de préserver la biodiversité, l’air (y compris protection contre le bruit), l’eau, les sols et la santé.

Voir :
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/eviter-reduire-et-compenser-impacts-sur-lenvironnement

Qu’en sera-t-il à Ecouen en 2019 ?

Le terrain du Château d'eau doit rester public ! 2

Photo aérienne de l’emplacement du Château d’Eau une fois démoli et évacué, prise le 02 mai 2019.

La reprise de la végétation pionnière en lisière de forêt se fait nettement après la démolition qui a ravagé le terrain : gravats, poussières, compaction, etc.
Ce terrain public sensible devrait maintenant être laissé en renaturation pour compenser les empiétements autorisés A TORT par la municipalité sur la lisière de la forêt d’Ecouen (Route Fanfare) et sur le haut du parc public municipal Charles de Gaulle (privatisation de la Maison des Solidarités et emprise de la véranda, de la terrasse et du passage devenu privé et donc interdit aux habitants).
Cette obligation s’impose à tous les documents administratif. Ecouen ne peut pas vendre ce terrain s’il y a des compensations en attente.
C’est le cas pour l’empiètement sur la lisière de la forêt le long de la Route Fanfare.
Voir :
https://ecouenensemble.org/maintenant-la-foret/

C’est aussi le cas pour l’empiètement sur le haut du parc public municipal Charles de Gaulle.
Voir :
https://ecouenensemble.org/ils-auront-tout-detruit/

Qui, d’ailleurs achèterait ce terrain qui est inconstructible sur les 50 mètres en lisière de forêt ?

Le terrain du Château d'eau doit rester public ! 3

Terrain de l’ancien château d’eau en lisière de la forêt, photo prise le 01 juillet 2019

La végétation pionnière reprend ses droits sur le terrain public de l’ancien Château d’Eau d’Ecouen en lisière de forêt.
C’est l’occasion idéale pour compenser par renaturation les destructions réalisées en lisière de forêt d’Ecouen sur la route Fanfare et sur le haut du parc public municipal Charles de Gaulle.

Que va faire la municipalité ? Compenser comme la loi le lui impose ?

Et bien non ! Catherine Delprat, à la suite de Bernard Angels, n’est plus à une illégalité près.

Au dernier conseil municipal, où Monsieur Bernard Angels a été présent (après plusieurs absences), Catherine Delprat a annoncé la vente de la parcelle publique de l’ancien château d’eau. Cette vente est illégale puisque la parcelle publique n’avait pas fait l’objet d’un vote de déclassement.

Cette vente est d’autant plus délictueuse qu’il lui était possible de proposer de compenser ses empiètements sur le haut du parc Charles de Gaulle et celui sur la lisière de la forêt sur la route Fanfare par la renaturation de cette parcelle qui se trouve en lisière de forêt et est donc INCONSTRUCTIBLE.
Ou bien Catherine Delprat a trompé les acheteurs, ou bien elle continue de tromper les habitants d’Ecouen comme toutes les autorités de tutelle qui ont laissé passer bien des irrégularités, au point de l’installer dans la tranquillité de l’impunité.

Escroquerie ou spoliation ? Cette vente est illégale puisque ce terrain public classé zone sensible n’a pas été déclassé auparavant !

odio eget leo. consectetur dolor ut